« Les bienfaits de l’équitation thérapeutique pour les personnes ayants une déficience sont: amélioration de la mobilité articulaire, de l’équilibre et de la coordination ; augmentation du tonus et de la force musculaire ; prévention des contractures ; assurance et estime de soi rehaussées ; amélioration de la capacité de concentration ; mise en valeur de l’autonomie ; amélioration de l’intégration sociale …  La recherche a montré des résultats bénéfiques pour la réadaptation à la suite d’un accident vasculaire cérébral, de sclérose en plaques, d’un traumatisme crânien et de lésions cérébrales traumatiques…Grâce à la recherche internationale, les programmes d’équitation thérapeutique continuent de progresser au Canada et font une énorme différence dans la vie d’enfants et d’adultes ayant une mobilité réduite ou qui sont aux prises avec une déficience cognitive, visuelle ou auditive. »

L’équitation thérapeutique est un terme générique pour désigner toutes formes d’activités équestres conçues à l’intention des personnes ayant une déficience et qui mettent l’accent sur l’apprentissage de techniques fonctionnelles d’équitation à des fins thérapeutiques. Un professionnel qualifié, par exemple un physiothérapeute ou un ergothérapeute, un psychologue ou un éducateur spécialisé, collabore avec le cavalier
et son instructeur d’équitation à la définition des objectifs physiques, psychologiques, éducationnels et techniques visés et à la conception
d’un programme sûr et logique en vue de les atteindre. Dans ce contexte, le cheval tient lieu d’assistant au cavalier et à son instructeur et les aide
à parvenir à leurs objectifs.

L’équitation thérapeutique contribue à rehausser chez la plupart des personnes ayant une déficience le bien-être physique, mental, émotif et/ou social. Forme d’exercice et de loisir tonifiante, l’équitation est un défi et procure au cavalier un sentiment d’accomplissement et une estime de soi décuplés. Aux personnes dont la mobilité est réduite en raison d’un handicap, le cheval procure une liberté de mouvement et libère de l’obligation d’utiliser des aides et accessoires fonctionnels, tels fauteuil roulant, béquilles et cannes. Sans compter que l’équitation est également une expérience sensorielle agréable pour le cavalier ayant une déficience. Avant tout, l’équitation est une activité divertissante et un loisir enrichissant.

Voici les trois principales formes d’équitation thérapeutique chacune reposant sur une approche particulière :

  
1.    L’approche thérapeutique
   2.    L’approche éducative
   3.    L’approche sportive et récréative

L’approche thérapeutique
se présente également sous trois formes :
la thérapie par l’équitation, la thérapie développementale par l’équitation et l’hippothérapie.

La première,
thérapie par l’équitation, aide le cavalier dans l’amélioration de l’équilibre en position assise, du sentiment d’estime de soi et d’habiletés sociales. La deuxième, thérapie développementale, se rapproche du domaine de l’éducation, faisant appel à des enchaînements de mouvements à exécuter  favorisant ainsi l’intégration sensorielle, i.e. la capacité de capter, comprendre, organiser et réagir à l’information provenant de l’extérieur. Quant à la troisième, l’hippothérapie, est une technique utilisée auprès de personnes ayant des troubles de mouvement. En hippothérapie, le cheval exerce une influence sur le cavalier et non l’inverse comme c’est le cas pour les autres formes d’équitation thérapeutique. Le but de l’hippothérapie est d’améliorer
la posture, le sens de l’équilibre et la mobilité.

L’approche éducative aide les personnes ayant une déficience sur le plan physique, intellectuel, développemental, psychologique et/ou sensoriel à atteindre des objectifs éducationnels. Dans ce contexte, l’accent porte sur l’intégration d’objectifs cognitifs, comportementaux, de santé mentale, sociaux et physique dans un programme d’équitation, de conduite d’attelage et/ou de voltige. A ces activités s’ajoute, pour le cavalier, la possibilité d’améliorer ses aptitudes dans la discipline équestre à laquelle il participe. Les instructeurs d’équitation thérapeutique et les éducateurs professionnels du milieu de l’éducation collaborent à la conception et à la mise en œuvre de programmes d’équitation thérapeutique qui ont une portée éducative.

L’approche sportive et récréative aide le cavalier à acquérir ou à améliorer ses habiletés équestres. Les activités sportives faisant appel au cheval peuvent être adaptées pour les rendre accessibles aux personnes qui ont une déficience physique, intellectuelle, sensorielle et émotive ou encore sur le plan du développement et de l’apprentissage. Les personnes ayant une déficience peuvent retirer des bienfaits thérapeutiques, psychologiques, éducationnels et sociaux de leur participation à des activités sportives équestres. Ces activités englobent l’équitation, la conduite d’un attelage et la voltige pratiquée sous forme récréative ou compétitive.

Les instructeurs d’équitation thérapeutique sont les principaux responsables de l’élaboration du programme de formation et les professionnels de la santé et de l’éducation sont généralement sollicités en qualité de consultants.

  • Par professionnel de la santé, en entend les physiothérapeutes, les ergothérapeutes, les orthophonistes et autres spécialistes
    de la pathologie du langage, les audiologistes, les psychiatres,
    les psychologues, les infirmières, les travailleurs sociaux et les médecins.

  • Par spécialiste de l’éducation, on entend les éducateurs spécialisés, lesenseignants, les professeurs d’éducation physiqueadaptée et les récréologues.